UNE FENÊTRE SUR LA RUE

portrait sonore du Local des femmes

Retourner au documentaire

 

Les Belles Oreilles est une structure, créé en novembre 2014, axée autour de la création sonore, de la voix et de la littérature jeunesse.

Elle développe plusieurs types de projets :

- documentaires et expérimentations sonores

- La Cabane à Histoires, dispositif destiné au jeune public mêlant création sonore et littérature jeunesse.

- Ateliers et formations autour de la création sonore, de la littérature jeunesse et de la lecture auprès d'enfants

Equipe :

Delphine Prat, comédienne et directrice artistique

Après un cursus en Art Dramatique au Conservatoire de Grenoble et une Maîtrise en Arts du Spectacle, elle s'associe au collectif Un euro ne fait pas le printemps de 2003 à 2009. Elle y coordonne notamment un projet livre et lecture jeunesse pour la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports de l'Isère.

Parallèlement à son activité théâtrale, Delphine est également formatrice en littérature jeunesse et lecture à voix haute.

En 2009, elle débute une formation technique et artistique autour du langage sonore (Fiction Radiophonique à Paris puis Techniques et Langages du son en Arles). Elle crée Les Belles Oreilles en 2014, une structure dédiée à la création sonore et à l'esemble de son travail.

Marie Neichel, comédienne

Titulaire d’une Maîtrise d’Etudes Théâtrales à l’Université de Lyon II, formée à l’école de l’acteur (Lyon), elle a notamment travaillé la voix au Centre de la Voix Rhône - Alpes. Elle s’est également formée en danse, mime dramatique, clown et techniques de l’Est avec Jerzy Klezyk.

Marie est artiste-interprète depuis 2002. Elle travaille pour les compagnies Intermezzo (Les aventures du Prince Ahmed, La robe rouge), Label Cosaque (Le Nez, le Manteau d’Akaki), L’envol, Anagramme.

Elle anime des ateliers théâtre avec des adultes et des enfants (MJC de Moirans, La Basse Cour).

Marie a suivi la formation « Techniques et Langages du son » avec Mehdi Ahoudig et Kaye Mortley en 2013.

Nadine Barbançon, photographe

À 14 ans, Nadine déniche un vieux Kodak poussiéreux dans les tiroirs familiaux et réalise quelques images, un seul film. Des images mises en scène d'objets et de lumières, où elle découvre, en solitaire et de manière marquante, la force du geste de création. Après des études de Communication Audio-visuelle à l'Université Stendhal (38), c'est à la School of Art and Design (Angleterre) que son parcours se cristallise autour de la Photographie. De retour en France, entourée de comédiens, réalisateurs, auteurs, poètes, musiciens, Nadine Barbançon démarre un travail photographique en y associant souvent d’autres supports : les mots, le son, le mouvement : photogrammes, série d’images animées, fleepbooks, diaporamas, livres ou expositions, vidéos, P.O.M, installations, l’essentiel a été dans cette première étape, de chercher des nouvelles formes de narration, expérimenter des dispositifs de prise de vue.